1939 1945

Rapport du maire, Maurice Lapeyras, aux autorités départementales 1945
Saint-Pardoux, éloigné des grandes artères n’a pas eu beaucoup de contacts avec les troupes allemandes.
 
15/07/1944
Le samedi 15 juillet à 19h 3 avions rapides allemands dont l’un à double fuselage, survolant à basse altitude la vallée dela Couzemitraillent des voyageurs descendus du tram  au Pont dela Gorceainsi que le tram lui-même s’en allant sur Saint-Symphorien. Personne n’est atteint.
Deux des avions traversant en rase motte la commune par la vallée de l’étang Régnier, étang du Chataignol, collines de Chatenet s’en allant vers Bessines.
 
Aout 1944.
Le samedi 5 aout 1944, vers 9hoo du matin, un convoi de troupes à la poursuite des »maquis »de Grammont et venant du village de Santrop ou ils  ont incendié une grange et une maison pénetre sur la commune. Le pont surla Couzeest sauté depuis quelques jours ; les voitures passent à gué. A l’aide d’un mortier de petit calibre le village dela Brandouilleet son carrefour de routes est bombardé d’une dizaine de projectiles.
2 Soldats maquisards cachés dans une fosse à purin sont criblés par les éclats d’une bombe tombée à coté d’eux. Ce sont les FFI Gabarovitch Léon Henri et Dutillier Jean. Ce dernier qui respire encore à l’arrivée du détachement allemand de poursuite est achevé à coups de talon par l’officier qui commande. Le propriétaire du lieu, Jean Dardant est appelé et requis de fouiller les 2 cadavres. Les papier d’identité sont brulés sur place, mais l’argent et les portefeuilles sont gardés par l’officier.
Madame veuve Dardant a été bléssée aux jambes par les éclats d’une bombe quand elle a été surprise dans un champ proche. Soignée pendant un mois aà l’hopital de Magnac-Laval où on  arrive à la transporter 3 jours après elle mourra des suites de ses blessures le 7 septembre 1944.
Quelques dégats ont été causé aux toitures et aux cheminées des maisons dela Brandouille.
            Les habitants du village voisin de Fréaudour, alertés par ceux dela Brandouilleont fui dans les champs. Toutes les maisons sont fouillées, chez Mme Guéry6000f sont emportés, chez Mme Stémer Armand 7.000fr environ ont disparus chez mr Jean Dardan une montre en or.
            Les corbeilles d’œufs et les terrines de lait sont vidées , vers midi tous les hommes sont rassemblés et requis pour aller réparer le Pont dela Breuillequi a sauté quelques jours auparavant.